Résolution
du CC de l'OCML VOIE PROLETARIENNE :

Voie Prolétarienne - Partisan
BP N°48,
93802
Epinay-sur-Seine Cedex
E-mail :
vp.partisan@caramail.com

Pourquoi nous appelons à voter
NON
au référendum

La montée du NON dans les sondages exprime l'exaspération des travailleurs, qui se manifeste déjà dans un regain des luttes ouvrières. Elle contrarie les projets des partis de la bourgeoisie, UMP et PS, qui font campagne pour l'approbation du projet de constitution.

Cette constitution est un nouveau pas dans la construction d'une Europe impérialiste unifiée, processus engagé depuis des décennies. Cette Europe s'unifie sous la direction des principaux pays impérialistes qui la constituent (France, Allemagne, Grande Bretagne, ), pour pouvoir rivaliser avec les USA, La Russie, et la Chine, pour le partage du monde et le contrôle économique et politique des pays dominés.

L'UMP et la majorité du PS sont unis dans la défense de cette constitution, parce qu'ils défendent tous deux les intérêts de l'impérialisme français. La majorité des Verts s'est ralliée à ce projet. Le glissement vers le NON de l'électorat populaire et petit bourgeois accentue les divisions dans ces partis.

Nous rejetons ce projet de constitution d' une Europe impérialiste.

·..... La Constitution fixe des règles économiques, contraignantes, visant à accroître la compétitivité de l'Union Européenne face à ses concurrents. Elle affirme que " l'évolution des conditions de la concurrence à l'intérieur de l'Union [] aura pour effet d'accroître la compétitivité des entreprises "." Une telle évolution résultera tant du fonctionnement du marché intérieur, qui favorisera l'harmonisation des systèmes sociaux, que des procédures prévues par la constitution et du rapprochement des dispositions législatives, réglementaires, et administratives des états membres ".

·..... L'amélioration de la compétitivité de l'Union passera par l'abaissement du coût du travail, le démantèlement des services collectifs (Services dits " publics " et qui ne le sont plus depuis longtemps), par la mise en place de services d'intérêt économique généraux (SIEG) qui agiront dans le cadre d'un marché de libre concurrence. La gratuité de l'accès à des prestations sera progressivement remplacée par des aides individualisées et conditionnelles.

·..... De ce point de vue, cette constitution n'innove pas. Elle s'inscrit dans un processus engagé au niveau mondial et européen. Elle officialise les dispositions de l'AGCS (accord de libéralisation des services négocié dans le cadre de l'OMC) impulsés par les gouvernements européens et américains.

·..... Le projet propose un fonctionnement de l'Union Européenne qui doit permettre d'échapper à la règle de l'unanimité en offrant la possibilité de décisions à la majorité qualifiée. Ces règles devraient ainsi éviter que les petits pays de l'Union puissent bloquer les décisions essentielles. Elles garantissent ainsi l'hégémonie dans l'Union des grands pays impérialistes qui la composent. Des dispositions particulières permettent à ces pays d'aller plus avant dans leur intégration économique et militaire.

Cette constitution est le programme de la bourgeoisie européenne en formation.

·........ C'est un programme de guerre de classe qu'il faut le rejeter en tant que tel, sans s'abstenir. Mais cette guerre est déclarée depuis longtemps, les travailleurs du privé y font déjà face depuis des décennies.

·........ Prétendre que cette Europe en construction abolirait les frontières est mensonger : la bourgeoisie abolit les frontières pour les marchandises et les capitaux, elle les maintient pour les hommes et les femmes. L'Europe Unie dresse des barrières toujours plus dures contre la circulation des hommes et des femmes des pays qu'elle domine. Elle préserve aussi les spécificités nationales des pays qui la compose, et entretient les chauvinismes locaux pour maintenir des barrières entre les travailleurs à l'intérieur de l'Europe, même lorsqu'elles n'existent plus aux frontières.

 

..... Notre NON n'est pas celui des réformistes

·........ Pour ATTAC et le PCF, l'adoption du traité constitutionnel reviendrait à " figer dans le marbre pour 50 ans les politiques libérales en Europe " et empêcherait un futur gouvernement de " gauche " de prendre " d'autres mesures ". Avec ou sans ce traité, c'est la construction même de l'Europe en un bloc impérialiste qui est en cause. Ces " opposants " invitent les ouvriers à concevoir la défense de leurs intérêts par la défense de la République Française, et à faire de la ratification ou non de ce traité une bataille décisive pour les travailleurs.

·........ Ces réformistes, qui rejettent cette constitution, détournent les travailleurs des véritables enjeux. Ils dramatisent et exaltent la démocratie parlementaire bourgeoise. Cette république française, qu'ils sacralisent, est celle qui organise l'exploitation des travailleurs de France et celle des pays que l'impérialisme domine.

.... L'Organisation Communiste ML Voie Prolétarienne appelle à voter NON.

·........ Dans leur NON, les travailleurs rejettent les politiques que les bourgeoisies européennes appliquent depuis des années. Ce rejet s'exprime de façon extrêmement positive dans des luttes sociales actuelles, que la victoire du NON pourrait encourager. Mais si les communistes doivent encourager ces mouvements, ils doivent surtout les faire déboucher sur un renforcement de la classe ouvrière en organisation et en conscience, pour la défense de ses véritables intérêts.

·........ Ce NON doit être un rejet du consensus auquel nous appelle la bourgeoisie française, du consensus autour de la construction d'une Europe impérialiste, excluant de tous les droits (politiques, sociaux, économiques) les travailleurs issus des pays qu'elle domine, pour mieux exploiter tous les travailleurs en Europe.

·........ Ce NON sera un désaveu pour le gouvernement et provoquera une crise politique au sein du PS. Mais les enjeux sont très importants pour les bourgeoisies européennes et française. Aussi que ce soit avec l'UMP, ou demain peut-être avec le PS, cette dernière poursuivra la politique anti-ouvrière développée depuis des années. Les travailleurs ne doivent pas se contenter d'un succès du NON, aussi encourageant soit-il.

--...... Face à la bourgeoisie qui s'unifie sur ses intérêts fondamentaux, la riposte qui pèsera ne peut se faire que dans la lutte sociale et politique collective à l'échelle de l'Europe, c'est à dire en surmontant nos divisions, locales ou nationales.

--...... Face à la bourgeoisie qui organise la concurrence entre tous les ouvriers pour imposer le triomphe de ses intérêts, la réponse est dans la construction d'une solidarité internationale, qui ne se borne pas aux frontières de l'Europe.

--...... Face à la bourgeoisie, en rejetant le consensus, nous nous renforcerons en affirmant nos intérêts ouvriers, en nous organisant pour la défense de ceux-ci, et pour construire une société socialiste.

--...... Face à la bourgeoisie qui s'organise, cette issue suppose que nous construisions un parti qui organise les travailleurs dans ce but. Un véritable parti communiste internationaliste.

 

·........ Les intérêts de la classe ouvrière et les valeurs de la société que nous voulons construire sont antagoniques avec les intérêts de classe et les valeurs que porte cette constitution. Nous voulons la solidarité entre les hommes et les femmes, la constitution sacralise la concurrence et la guerre économique. Nous voulons une société qui satisfasse les besoins de la majorité , la constitution sacralise les intérêts d'une classe minoritaire : la bourgeoisie.

 

NON à la constitution européenne !

OUI à la construction d'une solidarité internationale entre les travailleurs et les peuples !

 

NON a l'Europe impérialiste !

OUI à la défense de nos intérêts de travailleurs, pour une société socialiste !

 

Le 19 avril 2005

 

 

-Retour Actualités et infos-

-Retour page des mises à jour-

-HOME PAGE-