VIVE LA COMMUNE DE PARIS !

(traduit et monté par l' "Humanité Rouge" d'après une bande dessinée de la République Populaire de Chine).
-Petite Collection Prolétarienne l'Humanité Rouge n°1-

-images 9 à 14-

ç

SUITE è


9. A cause de la cruelle oppression que le "gouvernement de défense nationale" de la bourgeoisie fait peser sur la classe ouvrière, le 31 octobre 1870, la Garde Nationale prend d'assaut l'Hôtel de Ville de Paris et arrête immédiatement plusieurs membres de ce gouvernement de trahison.


10. 22 janvier 1871, les bataillons de la Garde Nationale de tous les quartiers de Paris se rassemblent et se lancent une fois de plus à l'attaque contre l'ennemi. Malgré la répression qui suit ce soulèvement, les ouvriers, loin de rendre les armes, continuent le combat et se préparent à de plus grandes tempêtes révolutionnaires.


11. Le développement des forces révolutionnaires dans la capitale représentait une grave menace pour le gouvernement réactionnaire de Thiers. Celui-ci décide donc d'attaquer le prolétariat parisien et de s'emparer des armes de la Garde Nationale.


12. Le 18 mars 1871, les troupes du gouvernement réactionnaire de Thiers se mettent en marche pour tenter d'enlever les canons de la Garde Nationale, gardés sur la Butte Montmartre. Par cet acte de violence contre-révolutionnaire dirigée contre le prolétariat parisien, le gouvernement réactionnaire tire le premier coup de fusil de la guerre civile.


13. Mais les manúuvres des réactionnaires sont déjouées et leurs espoirs déçus : rendu furieux par les fusils de Thiers, le peuple de Paris prend aussitôt les armes pour riposter et déclenche l'insurrection. Les insurgés encerclent les troupes réactionnaires qui se sont aventurées sur leur territoire, ils lancent une offensive à la fois militaire et politique.


14. Les officiers réactionnaires Clément Thomas et Lecomte, qui avaient ordonné à plusieurs reprises de tirer sur la foule, sont arrêtés et fusillés par leurs propres soldats qui mettent la crosse en l'air.

ç

SUITE è

 

RETOUR