VIVE LA COMMUNE DE PARIS !

(traduit et monté par l' "Humanité Rouge" d'après une bande dessinée de la République Populaire de Chine).

-Petite Collection Prolétarienne l'Humanité Rouge n°1-

-Début de la brochure : citations de Marx, Engels

-images 3 à 8- -images 9 à 14- -images 15 à 20- -images 21 à 26- -images 27 à 32- -images 33 à 38-

-images 39 à 44- -images 45 à 50- -images 51 à 56-

-Fin de la brochure citations de Lénine, Staline, Mao-

SUITE è


Si la Commune était battue, la lutte serait seulement ajournée. Les principes de la Commune sont éternels et ne peuvent être détruits : ils seront toujours posés à nouveau à l'ordre du jour, aussi longtemps que la classe ouvrière n'aura pas conquis sa libération.

" Procès-verbal d'un discours de Karl Marx sur la Commune ".

 

Le Paris ouvrier, avec sa Commune, sera célébré à jamais comme le glorieux fourrier d'une société nouvelle. Le souvenir de ses martyrs est conservé pieusement dans le grand cur de la classe ouvrière.

" La Guerre civile en France, Karl Marx sur la Commune".

 


"La Commune de Paris aurait-elle duré un seul jour, si elle ne s'était pas servie de cette autorité du peuple armé face au bourgeois ? Ne peut-on au contraire lui reprocher de ne pas s'en être servie assez largement ?

"F. Engels, "De l'autorité". 


1. En Février 1848, Marx et Engels - grands guides et éducateurs du prolétariat -, proclamaient clairement dans le premier document-programme du communisme scientifique, le "Manifeste du Parti Communiste" : "... le prolétariat fonde sa domination par le renversement violent de la bourgeoisie" ; plus tard, en 1864, ils fondaient la 1ère Internationale, qui devait conduire le prolétariat du monde entier dans les luttes révolutionnaires.


2. En Juin 1848, les ouvriers de notre pays déclenchaient une révolution armée et se heurtaient violemment aux classes dominantes. Les mots d'ordre des insurgés étaient : "A bas la bourgeoisie !", "Établissons la dictature de la classe ouvrière !"

SUITE è

RETOUR